• Entrevue avec Daniel D’Amours au sujet Des Oubliettes •

 Crédits: Dominic Lachance

Crédits: Dominic Lachance

Comment mieux connaître une entreprise que de s’entretenir avec le fondateur de celle-ci? Pour la prochaine année, la friperie vintage en ligne Les Oubliettes a généreusement accepté de donner l’entièreté de ses revenus afin de financer les futurs spectacles du Théâtre à l’eau froide.

Plusieurs questionnettes afin de découvrir le merveilleux univers Des Oubliettes.

FDB : Bonjour Daniel. Tout d’abord, merci de m’accorder du temps. Nous savons tous que le temps libre dans ta vie, c’est comme un oréo pas de crémage blanc ; ça existe pas.

D : Je sais pas si je suis sensé répondre à ça, comme c’est pas une question. Mais je dirais : mieux vaut un oréo pas de crémage que pas de oréo pentoute.

FDB : Très vrai! Haha! Je me demandais... comment as-tu eu l’idée d’ouvrir une friperie? Vintage? En ligne?

D : En fait, back in the days, j’achetais beaucoup de vêtements pour moi, en friperie. À toutes les fois où je tombais sur une jupe 80’s formidable ou une robe en velours impeccable, j’étais incapable de m’empêcher de l’acheter en me disant que ça allait bien faire à une amie. Avec le temps, mon amie Vanessa a pu renouveler sa garde-robe grâce à ça. Et moi, de mon côté, j’ai fini par remplir la mienne de robes qui ne faisaient à personne. J’ai donc voulu faire une vente pour m’en débarrasser et c’est à ce moment précis que j’ai compris l’intérêt que j'avais pour la revente vintage. Je me suis dit que ça pourrait être une idée géniale que de jumeler un hobby distrayant avec le travail. Alors voilà! Les Oubliettes sont nées en 2010. Encore à ce jour, j’ai autant de joie quand je trouve cette robe en velours impeccable en friperie.

 Crédits : Dominic Lachance

Crédits : Dominic Lachance

FDB : Qu’est-ce qui fait que tu achètes un morceau plutôt qu’un autre? Qu’est-ce qui te tape dans l’œil lorsque tu choisis des vêtements pour Les Oubliettes ?

D: C’est d’abord et avant tout le tissu. Souvent, la qualité du produit va m’interpeller avant le look. Ensuite, je regarde la coupe puis le potentiel actuel d'achat du morceau. J’ai des motifs et des textures favoris à chaque saison, alors j’essaie de me renouveler. De temps à autre, je laisse tomber l'achat de pièces extraordinaires quand le matériau est de mauvaise qualité ou trop synthétique, ou quand j’ai l’impression que le morceau ne peut pas appartenir à l’ère de la mode actuelle. Mon but n’est pas de vendre des costumes d’Halloween, entendez-moi bien. Je souhaite plutôt trouver des perles rares qui mettront en valeur le reste de la garde-robe des gens.

FDB: Les Oubliettes? C’est international, non? Quelle est la place la plus inusitée/lointaine où tu as dû envoyer des vêtements?

D: Hum... Bonne question. En fait, Les Oubliettes c’est surtout international, comme je fais seulement de la vente en ligne, ou presque. Mes morceaux se retrouvent beaucoup plus souvent en Australie, en Suède et en France que chez ma voisine montréalaise. Je dois dire que depuis quelque temps, je vends beaucoup en Arabie Saoudite. Ça c’est nouveau, et je considère que c’est loin ! Haha! Dans mes premières années, j’étais tellement excité de vendre dans un autre pays que j’entrais l’adresse du client dans Google Street View pour voir de quoi avait l’air la maison de la personne qui achetait mes morceaux. Ensuite, je suis devenu un peu plus mature et un peu moins curieux (not). Je me contente de vérifier si c’est la première fois que j’envoie quelque chose dans cette ville.
 

 Crédits: Dominic Lachance

Crédits: Dominic Lachance

FDB : Tu as déjà habillé des gens sur des projets théâtraux sur lesquels tu travaillais, non? Joindre tes deux bébés, ça t’es arrivé?

D: Oui, quelques fois. C’est certain que dans une production, je deviens souvent best buddy avec le/la costumier/ère. Je suis souvent la personne ressource quand il manque juste une salopette ou un pull angora jaune canari à trouver. Pas que j’en possède beaucoup, mais j’ai souvent des items-clés qui sortent un peu de l’ordinaire. Jouer reste ma priorité, alors j’essaie de m’en tenir à ça. Mais ça me fait toujours plaisir de donner un coup de main !

FDB : Dans dix ans, Les Oubliettes?

D: Les Oubliettes, ça va toujours rester mon petit bébé. Avec le temps, sa fonction dans ma vie a beaucoup changé. C’est passé de hobby, à emploi à temps partiel, à emploi à temps plein. Mais maintenant je suis de retour aux racines et je considère que Les Oubliettes, c'est redevenu mon hobby. La compagnie me permet de me changer les idées. Alors je crois que dans dix ans, Les Oubliettes feront toujours partie de ma vie, mais plus comme un passe-temps divertissant.
 

 Crédits: Dominic Lachance

Crédits: Dominic Lachance

FDB : La fée du blogue essaie d’être hip : printemps 2018! Pastel et sporty? Qu’est-ce que t’en dis? Que nous conseilles-tu pour être cutes sur les terrasses?

D: Tout d'abord, c'est le retour des motifs plus géométriques. On pense tout de suite au ligné de toutes les largeurs qui revient en force puis au polka-dot* dans toutes les grosseurs. On peut même juxtaposer les deux. Le sporty et le pastel sont autant présents que l’an passé, mais cette année je conseille de mélanger les deux. Un tracksuit**rose pâle, c’est beaucoup plus le fun qu’un tracksuit marine. Sinon le ruffle*** dans toutes ses dimensions. Finalement, le denim oversized**** est de retour autant dans les vestes que dans les jupes et pantalons.

FDB : Merci beaucoup Daniel! On te souhaite une magnifique continuité avec celle belle compagnie. Pour ceux qui, comme moi, n'ont pas compris tous les termes de mode utilisés dans le dernier paragraphe, j'ai mis une petite légende en bas de page! Devenir hip une étape à la fois... D'ailleurs dire hip, c'est peut-être pas hip. Oups.


L'article t'as donné envie de jeter un coup d'oeil aux trouvailles de Daniel? Voici les liens Des Oubliettes afin de magasiner en ligne :
www.etsy.com/shop/lesoubliettes
https://marketplace.asos.com/boutique/les-oubliettes

* À pois
** Survêtement de sport
*** Volant
**** Surdimensionné

Catherine Demers